La Théorie des Espaces Courbes
François Germain
13 avenue Gambetta
38500 Voiron - France
+33 662 56 71 04
mail : latec@free.f
site : latec.free.fr

Inscription lettre d'information

"Meubles d'artiste"
rétrospective 1991-2014

Visite sur RdV jusqu'au 12 février 2015
06 62 56 71 04

 

 

Compléments d'information :

exposition de l'hiver 2015
(production François Germain)

François Germain

"Meubles d'artiste"
rétrospective 1991-2014

Scénographie : François Germain

Du 29 novembre 2015
au 3 janvier 2016

 

Après le succès extraordinaire de sa 1ère Biennale, la Théorie des Espaces Courbes vous propose de finir l'année en beauté, avec une rétrospective de son créateur François Germain.

Un parcours d'artiste, consacré en grande partie au meuble et au rapport culturel entretenu avec lui, dans un contexte de profonde mutation technologique et sociétale.

Prospective créative et expérimentation, interrogations sur la fonction et l'intégration, intentions artistiques radicales comme autant de regards sur l'époque...

Scénographiée avec soin, illustrée par une vingtaine de pièces originales (prototypes, maquettes, concepts, etc) l'exposition couvre la période 1991/2014.

François Germain

télécharger le flyer

Merci aux partenaires :
Biocoop - Voiron
Aspect Couleurs - Moirans
Délices d'Armor - Voiron
Mobalpa - Voiron

Média :
Critique de JL Roux dans "Les Affiches"
Interview Radio Couleur Chartreuse

Vidéo :
Lucie Robin filme le vernissage

 

le vernissage !

 

merci pour votre attention !

 

et merci à Lucie Robin pour le film du vernissage

 

 

L'exposition :

François Germain

« Meubles d'artiste »
Rétrospective 1991 – 2014


J'entretiens depuis longtemps un rapport particulier avec le meuble, qui m’apparaît comme un reflet des époques et des cultures, mais aussi comme composante « choisie » de notre cadre de vie, qui à ce titre touche donc au plus intime.

Jusqu'à la seconde moitié du 20ème siècle, les meubles étaient produits individuellement, la « pièce unique » n'était donc en rien élitiste mais correspondait à la réalité du moment. L'élite, elle, bénéficiait du privilège d'un « bel objet », de matériaux précieux, du savoir-faire des artisans d'art.

L'industrialisation d'abord, rapidement suivie par l'inflation exponentielle des matériaux de synthèse, a profondément modifié ce référentiel puisque l'objet unique est devenu production de série, et sous l'influence du marketing le meuble est devenu objet d'identification, souvent d'une grande banalité, au gré des modes…

C'est dans ce contexte de profonde mutation que s'inscrit le travail d'expérimentation que j'ai mené depuis le début des années 90, en m'appuyant sur mon expérience des structures composites, d'abord pour faire des propositions « exemplaires » , privilégiant la standardisation associée à l'idée d'une personnalisation possible, les formes intégrées pour diminuer le nombres de parties qui composent l'objet, et les structures composites pour optimiser le rôle de chaque constituant.

Dans cette approche exploratoire, les valeurs d'estime ont progressivement été remplacées par les intentions artistiques, parti-pris permettant un point de vue plus vaste et un regard sur le monde plus critique. Tout cela sans violence, tout en courbes, en privilégiant toujours le pouvoir d’évocation, vecteur d’un rêve partagé mêlant intimement audace technique et poésie.

 

 

 

 

1986 – 2015

LE BUREAU COMME UNE AILE

Icône moderne du travail, symbole de l'audace entrepreneuriale et de sa réussite, le bureau ne traduit malheureusement souvent que l'adhésion à des stéréotypes.

Pour ma part, je lui ai donné dès l'origine la forme rapide d'une aile, d'un vaisseau, et conféré continuement une charge fantasmatique...

Dans ma jeunesse, le héros de BD embarquait en effet dans un hydravion jaune, puis le cinéma et la science-fiction ont diversifié les engins, mais toujours au service de l'aventure.

J'ai fait un peu pareil en variant les modèles, et en me projetant toujours dans l'idée d'un meuble d'image, à travers lequel le décideur, le capitaine d'industrie, se prolongerait en s'affirmant.

C'est ce que je fais avec bonheur en utilisant depuis 1992 le bureau originel : Lindbergh !

 

 

1991 – 1994

L'APPRENTI-SORCIER

M'appuyant sur l'expérience acquise pendant 7 ans de création de planches à voiles « custom-made », en particulier dans l'utilisation des structures composites, je me lance dans une prospective créative en ameublement.

Il me semble en effet que les transferts technologiques sont une opportunité pour modifier singulièrement les espaces de vie avec des solutions nouvelles, et que les structures composites y ont leur place.

Je commence donc à expérimenter, sur maquettes ou prototypes avec l'idée des formes intégrées, c'est à dire porteuses de fonctionnalités diverses qui vont des assemblages à la résistance structurelle en passant par les fonctions d'estime : l'évocation, la poésie, le rêve…

Cette phase trouve son apogée avec le système de table Goldrush, primé au concours national « Matériaux d'avenir pour l'ameublement ».

Puis des expositions : Biennale de Design « Intérieur » à Courtray (Belgique), Salon du Meuble de Paris, Meuropam Lyon, etc...

Des contacts prometteurs sont alors en cours avec plusieurs très grands groupes d'ameublement (Parisot, Strafor, etc) mais n'aboutiront pas faute d'une volonté de marketing.

Les derniers projets porteurs d'une idée d'industrialisation sont consacrés aux nouvelles contraintes urbaines avec l'ensemble de propositions Nomad's land.

 

 

 

2000 – 2015

L'AGE DU BOIS

Je considère le matériaux bois comme un composite orienté, sans jamais perdre de vue l'arbre qu'il a été, avec ses multiples contraintes synonymes de tensions accumulées.

Dans mon approche technique je cherche toujours a libérer, ou au minimum à équilibrer ces tensions, avec un soin particulier apporté au bloc de départ, qu'il soit monolithique ou le résultat d'un assemblage.

Ensuite je procède par taille directe avec tout l'arsenal technique disponible, au mépris des complexités techniques qui deviennent autant de défis à relever.

Ma production s'appuie généralement sur une commande, une envie, un projet décoratif, en prise directe avec ce que je peux interpréter de la sensibilité du destinataire et de ce qui va pouvoir le toucher.

Consultez moi !

 

 

 

 

 

2007 – 2014

VUES DE L'ESPRIT

J'aime les vues de l'esprit, mais ce que je préfère c'est l'idée de leur donner vie, comme si je fabriquais un anachronisme.

Les objets improbables ainsi obtenus résonnent alors comme un écho, distancié de la marche du monde…

Du meuble « furtif » au bureau libellule, du crucifix de relaxation au bureau-enclume, le meuble est investi d'une intention légère, teintée d'humour, qui n'exclut aucun regard critique sur cette drôle d'humanité et ses dérives !

 

 

 

retour haut de page